« Du Code Noir à l’Or Olympique,
une histoire de l’escrime aux Antilles »

Un documentaire de Franck Thoraval et Anne Fleury • 52 min • 07/06/2016

Avec Laura Flessel, double championne olympique à l’épée au JO d’Atlanta de 1996, Six fois championne du monde…, Rudy Naejus, premier entraineur antillais d’une équipe nationale d’escrime (épée féminine), Enzo Lefort, fleurettiste de l’équipe de France, Jacques Castanet, l’antiquaire de l’escrime, Harry Mephon, sociologue du sport, Louis-Georges Tin, historien, Président du CRAN, Claude Schopp, biographe, spécialiste d’Alexandre Dumas, Jacques Reilhes, maître d’arme au pôle espoir Antilles-Guyane de 1991 à 1999, Jean-Michel Lucenay, épéiste de l’équipe de France, 4 fois champion du monde par équipe, Lectures des textes Hervé-Claude Illin

Merci à Jean-Pierre Philippon et à la Fédération Française d’Escrime, à Jean-Marie Poquet, René Méril et Stanjik Cadignan

Production : Franck Thoraval
Réalisation : Nathalie Battus
Prise de son : Yves Lehors
Mixage : Philip Merscher

L’équipe

Production
Emmanuel Laurentin

Réalisation
Séverine CassarAnne FleuryFrançoise CamarVéronique SamouiloffRenaud Dalmar

Avec la collaboration de

Maryvonne AbolivierAurélie Marsset

Production déléguée
Maryvonne AbolivierAurélie Marsset

VISUEL : Maître Jean-Louis arbitrant un combat dans les salons du préfet de police

franck thoraval documentariste

Un documentaire de Franck Thoraval et Anne Fleury, d’après une idée originale de Stéphanie Gillard : Lorsque en 1996 Laura Flessel gagne l’Or à l’épée en individuel puis en équipe au JO d’Atlanta, sa victoire ouvre une nouvelle ère dans l’escrime française.

Depuis le XVIème siècle, la noblesse française s’est ardemment battue en duel, malgré de nombreux édits le prohibant. Une manière de défier le pouvoir central et de défendre son honneur, qui durera jusqu’à la grande guerre.

De l’autre côté de l’Atlantique, les esclaves des colonies antillaises, à qui le code noir interdit de porter les armes, entretiennent leur capacité de résistance et de révolte en pratiquant secrètement des danses de combat ou des duels au bâton.

Dans la tourmente révolutionnaire qui abolit les privilèges, dont celui de porter les armes, le duel se généralise. Des mulâtres et des esclaves affranchis vont venir déranger l’ordre des choses, d’autant que le code noir est lui aussi abolit. Ces personnalités noires à l’actif desquels sont portés de nombreux faits d’armes, vont être en partie éclipsées de l’Histoire, après le rétablissement du Code Noir et la défaite de Vertières qui aboutie à la création d’Haïti.

Puis Alexandre Dumas, fils du premier Général noir de l’armée française, fera entrer le duel dans la mythologie littéraire, alors que celui-ci devient progressivement un sport, l’escrime, dont les règles seront établies en France. Ramon Fonst, cubain formé en France, sera le premier champion olympique à l’épée : aux JO de Paris en 1900.

L’épée, l’arme qui se rapproche la plus de celle du duel d’honneur, sera dans les années 80-90 l’arme de prédilection des escrimeurs ultra-marins, alors que la pratique de l’escrime se démocratise.

Lorsque en 1996 Laura Flessel gagne l’Or à l’épée en individuel puis en équipe au JO d’Atlanta, sa victoire ouvre une nouvelle ère dans l’escrime française : depuis 20 ans, les ultras marins représentent 30 % des effectifs de l’équipe de France et ont remporté 50% des médailles. Dans un sport notoirement français, cela ne cesse d’interroger : pourquoi les antillais et guyanais, qui sont à peine 2 % des licenciés français, obtiennent un tel palmarès ?